Protection de l’environnement

Protection de l’environnement

Espaces Naturels Sensibles

De nombreux espaces de la commune sont classifiés en tant qu’Espaces Naturels Sensibles (ENS).

L’ENS du Grand Colombier

Le Grand Colombier est le point culminant du Bugey. Cet espace naturel sensible s’étend de l’alpage du Sur Lyand au nord au point de vue du Fenestre au Sud, sur une superficie de 1800 ha. Certains de ses secteurs sont classés Natura 2000, classification européenne reconnaissant la grande valeur patrimoniale de ces espaces de par la faune et la flore exceptionnelles qu’ils contiennent. On y retrouve également la réserve biologique de la forêt domaniale d’Arvières.

Cet ENS marque la rencontre entre une végétation alpine et méditerranéenne. Entre prairies, espaces boisés et pelouses sèches qui constituent un patrimoine naturel remarquable pour la biodiversité et une ressource exceptionnelle pour de nombreuses activités (pastoralisme, apiculture, tourisme, …), on y retrouve une grande variété d’espèces végétales et animales. Vous pourrez ainsi admirer des oiseaux tels que la nette rousse ou la bergeronnette grise, des reptiles et des amphibiens comme la sonneur à ventre jaune, ou encore des invertébrés avec de nombreuses espèces de papillon ou de libellules.

L’ENS « Grottes et anciennes carrières de la Sabla à Béon » se situe en limite communale de Culoz

L’ancienne usine de traitement de la chaux « la SABLA » est reconnue, notamment par la Ligue de Protection des Oiseaux Auvergne-Rhône-Alpes, comme un site majeur et prioritaire à préserver, notamment en terme de protection de chauves-souris. En effet, ce site comprend à la fois la deuxième plus importante colonie de parturition (en été, les femelles y donnent naissance et élèvent leur jeune) dans un bâtiment désaffecté pour le grand rhinolophe et le murin à oreilles échancrées principalement, ainsi que le site souterrain d’hivernage pour plus de 250 grands rhinolophes.

Au printemps et à l’automne, le minioptère de Schreibers, chauve-souris strictement cavernicole et menacée au niveau européen, est de passage dans les sites souterrains. D’autres espèces d’intérêt patrimonial utilisent ces sites toute ou partie de l’année, en moindre nombre : citons le rhinolophe euryale, le petit rhinolophe, la barbastelle d’Europe.

L’environnement alentours explique en partie cela. Nous sommes au pied du massif du Grand Colombier, à la limite des communes de Béon et de Culoz, ainsi qu’à deux pas de la Réserve Naturelle Nationale du Marais de Lavours. Plus globalement, les montagnes du Bugey et la haute vallée du Rhône demeurent des secteurs ayant un environnement de grande qualité pour ces animaux.

De plus, l’intérêt de ce site est lié au patrimoine industriel du département : la SABLA était un lieu de production de ciment et chaux hydraulique. La parcelle comprend les anciens fours qui doivent être préservés voire restaurés.

Le Molard Jugeant

Au contact même du bourg, le Molard Jugeant présente une superbe diversité floristique. En vous baladant sur ce relief, vous pourrez admirer la vue sur les marais de Lavours et les monts du Bugey et découvrir la Pierre Levanaz, bloc erratique de 70 tonnes, laissé en bord d’escarpement par un ancien glacier. À noter, la présence d’une mousse rare a été retrouvée sur ce rocher.

Réserve naturelle nationale du marais de Lavours

À proximité de la commune, la réserve nationale du marais de Lavours protège l’un des derniers grands marais continentaux d’Europe de l’Ouest.

Retrouvez plus d’information sur la page dédiée de notre site.

Zone NATURA 2000 le long du Rhône

Entre Alpes et Jura, cette zone comprend le plus grand lac naturel entièrement français et ses marais attenants. Ces derniers font le lien avec le cours du Rhône pris en compte sur la totalité de son parcours commun aux départements de l’Ain et de la Savoie.

L’intérêt du site pour les oiseaux vient de la juxtaposition de plusieurs habitats aquatiques et humides (plans d’eau libre, roselières et herbiers aquatiques, prairies et landes humides, boisements alluviaux, bancs de gravier, lônes…) et de quelques prairies méso-xérophiles.

Plus de 100 espèces se reproduisent sur le site, dont 12 espèces inscrites à l’annexe I de la directive Oiseaux.
Ce site est également un lieu d’hivernage très intéressant pour plusieurs espèces d’oiseaux d’eau (essentiellement Grèbes et anatidés).

Informations tirées du site INPN  »Inventaire National du Patrimoine Naturel » 

Corridors pour la faune sauvage

Les corridors à faune constituent les voies utilisables par les animaux pour se déplacer entre les massifs forestiers. Ce sont des fragments d’axes de déplacement de la faune délimités par des cordons boisés, des haies, des zones agricoles, …

Plusieurs corridors sont présents autour de Culoz et font part d’un aménagement spécifique pour protéger ces voies de déplacement utilisées par la faune sauvage.